U18, - Benar Baltisberger

Interview avec le coach U18 après le EYOF

image

L’entraîneur national Markus Wellenreiter fait un résumé du EYOF dans l’interview et regarde dans l’avenir.

image
Désenchantement : L’U18 n’a pas pu activer son potentiel à Baku. | UEJ

→ résultats

→ photos

En tant que compétition multisports, l’European Youth Olympic Festival (EYOF) est un des moments forts de tous les disciplines et athlètes représentés de la catégorie d’âge U18. En conséquence, le niveau de performance est très haut. Bien que notre équipe U18, composé de quatre athlètes, ait montré des beaux résultats cette année, ils n’ont pas remporté des succès remarquables, comme c’était déjà le cas aux championnats d’Europe. C’était seulement Aurélien Bonferroni qui a gagné son combat initial, mais il s’est ensuite incliné en huitième de finale. Le coach U18, Markus Wellenreiter, explique comme il faut évaluer la compétition et comment les choses vont continuer.

Markus, malheureusement on n’a pas fait un résultat à Baku. Comment gère-t-on cette situation ?

« C’est effectivement un résultat amer. J’avais définitivement compté de gagner des médailles cette année – au CE ou au EYOF. »

Comment s’est déroulé la compétition pour les athlètes suisses ?

« Nous devons admettre que les échecs des athlètes Chloé Flütsch, Sarina Buffet et Delia Vetterli étaient des pertes inutiles. Il nous faut travailler à cela. Aurélien Bonferroni a gagné le combat initial et a perdu – en dépit des chances – contre le très fort Serbe Rajicic. Malheureusement, ce dernier n’a pas atteint la demi-finale de sorte qu’il n’y avait pas de repêchage pour nous. »

Comment les choses continueront après la compétition ?

« D’abord nous nous retrouverons pour récapituler tranquillement le vécu. Nous voulons surtout garder les aspects positifs en mémoire pour le futur, nous continuerons à nous entraîner à fond et à travailler aux déficits individuels.

Quelles prévisions à long terme peut-on faire ?

« Pour les années 2002, le EYOF équivalait au moment fort final de cette année. Delia, Chloé et Aurélien rejoindront idéalement directement le cadre U21 l’année prochaine. S’ils continuent à se développer, il est probable qu’ils seront aussi sélectionnés pour des camps d’entraînement et des tournois. Mais c’est le coach U21 Flavio Orlik qui est responsable de la distribution. Sarina fera aussi en 2020 parti de l’U18 et acquerra des expériences précieuses pour l’équipe. »