Interview, - Benar Baltisberger

Jürg Röthlisberger : « Je vis dans le moment présent »

image

Le héros olympique suisse de 1980 est maintenant heureux de vivre sa vie à Malaga. Néanmoins, Jürg - "Tschüge" - Röthlisberger a une certaine sagesse à transmettre aux jeunes et aux meilleurs judokas.

image
Il n'a pas oublié comment rayonner : Tschüge Röthlisberger à l'époque et maintenant. | zVg.

Ses succès olympiques ne sont toujours pas oubliés aujourd'hui. Jürg - connu entre amis et au judo sous le nom de Tschüge - Röthlisberger est historiquement et en termes de succès toujours la figure de proue du judo suisse. En 1976, il a remporté le bronze à Montréal, à la surprise générale, et quatre ans plus tard, il a mérité la médaille d'or à Moscou.

Lorsque Tschüge a suivi ses premières séances d'entraînement avec les " Lions blancs de Zurich " (Weisse Löwen Zürich) en 1965, il n'avait pas encore pu imaginer cette ascension. Avec le changement de club au " Judo Club Nippon Zürich ", sa carrière orientée vers la performance a suivi son cours. Le jeune homme a toujours été enthousiaste pour ce sport et s'investit chaque jour avec passion dans le développement de ses compétences en judo.

Les succès olympiques ont été " sensationnels et uniques " pour Tschüge Röthlisberger. Mais en discutant avec le judoka satisfait, il devient clair qu'il vit pour le moment présent et profite chaque jour de nouveau de son séjour dans la ville ensoleillée de Malaga. Alors comme aujourd'hui, le judoka a toujours fait exactement ce qui le remplit de joie. Une philosophie de vie précieuse, qui montre que la satisfaction ne se mesure pas aux événements de la vie individuelle, mais qu'elle est le résultat de l'action quotidienne et de la joie du chemin.

Interview

Raconte-nous ta vie à Malaga. Comment vas-tu ?

« Je me débrouille très bien ici à Malaga. Il y a environ sept ans, j'ai décidé de prendre une retraite anticipée et de m'installer ici. Une décision que je n'ai jamais regrettée un seul jour. Avec mon partenaire, nous profitons chaque jour du beau temps. Nous sommes heureux et en bonne santé ».


La Suisse te manque encore parfois ?

« Eh bien, pour être honnête, pas vraiment. Surtout quand je parle à ma sœur au téléphone et qu'elle me parle du temps froid et humide. Ici, il fait 25 degrés et le soleil brille, donc je suis assez content. J'avais déjà une bonne relation avec Malaga quand j'étais athlète, c'est pourquoi j'ai été attiré par cette ville. Pour moi, c'est la plus belle ville d'Europe, vous ne manquez de rien. Vous pouvez même skier à proximité ».


Rétrospective : Pourquoi as-tu commencé le judo à l'époque ?

« En fait, je voulais jouer au foot quand j'étais enfant. Mais mon père m'a envoyé au judo quand il a lu une annonce. Le judo avait fait la une des journaux avec le succès olympique d'Eric Hänni, avant cela, ce sport était peu connu en Suisse. Mon père m'a donc simplement dit " tu y vas maintenant ", même si je n'avais aucune idée de ce sport. Mais j'ai tout de suite aimé ».


Peut-on encore te voir sur le tatami aujourd'hui ?

« En principe oui. J'ai rejoint le club local ici à Malaga et je participe aux entraînements ici à une fréquence irrégulière. Dernièrement, pas tellement à cause de la pandémie de Corona, bien sûr ».


Quels autres liens as-tu avec le monde du judo ?

« Les amitiés que j'ai développées pendant ma période d'athlète ont toujours été très importantes pour moi. C'est pourquoi j'ai cultivé de nombreux contacts en Suisse ces dernières années, par exemple avec Robert Sigrist ou René C. Jäggi. Mais j'ai aussi gardé le contact au niveau international : J'ai rendu visite à mon ancien concurrent Detlef Ultsch à Berlin, Aleksander Yatskevich et Klaus Glahn étaient avec moi à Malaga. J'aime aussi aller à la Coupe d'Europe, qui a lieu ici chaque année. On rencontre toujours de vieux amis ».


Il y a bien 40 ans, tu es devenu un champion olympique. À quelle fréquence penses-tu au passé ?

« En fait, jamais, sauf si on me parle ! (rires) Le fait est que je ne vis pas dans le passé, je vis dans l'ici et maintenant. C'était sans aucun doute une période sensationnelle à l'époque, mais c'est aussi le cas aujourd'hui. J'aurais tort de ne penser qu'au passé et d'en rêver. Bien sûr, les moments de succès ont été utiles pour moi personnellement et émotionnellement, mais il faut toujours regarder l'ensemble et pas seulement une victoire ou une médaille. Tout aussi importants sont le parcours, les expériences et les amitiés. Quelle que soit l'étape de votre vie, vous devez le faire avec joie et conviction ».


Suis-tu également la compétition actuelle ?

« Je suis reconnaissant que de nombreux clubs soient très actifs et fournissent des informations en temps utile. De cette façon, je peux toujours voir les résultats des judokas suisses. De temps en temps, je regarde du judo à la télévision ou quand il y a des diffusions en direct ».


Alors, un regard sur Tokyo 2021, que penses-tu que nos athlètes peuvent faire ?

« Oh, c'est très difficile pour moi de juger. Je n'y suis pas suffisamment impliqué pour juger le niveau de performance. Je vois que certains judokas suisses sont très haut dans le classement. Cela vous donne confiance, bien sûr ».


Que peux-tu offrir aux jeunes athlètes ou aux athlètes de la relève ?

« Aller aux entrainements, même si vous n'en avez pas envie ! Il y a toujours des moments de relâchement pour tout le monde et ce n'est pas tous les jours aussi amusant. Vous devez le faire pour le plaisir à long terme tout en maintenant la discipline ».


Quels conseils donnes-tu aux athlètes de haut niveau en vue des prochains Jeux olympiques ?

« Vous devez vous préparer de telle sorte que vous puissiez dire à la fin : 'Plus, ce n'est pas possible'. C'est le plus important, essayez toujours de tirer le meilleur de vous-même. C'est tout ce que vous pouvez faire ».


 

Dernières nouvelles

CE 2020 : Nils Stump obtient une 5e place

Le judoka Nils Stump (-73 kg) a remporté la cinquième place au Championnat d'Europe 2020 à Prague ...

Élections au Conseil Exécutif de Swiss Olympic 2021-24

Lors de la 24e réunion du Parlement des Sports le 20 novembre 2020, Sergei Aschwanden est élu au ...


 

Instagram #swissjudo

 

Autres nouvelles

Intro image
CE 2020

CE 2020 : Nils Stump obtient une 5e place

Le judoka Nils Stump (-73 kg) a remporté la cinquième place au Championnat d'Europe 2020 à Prague (CZE). Alina Lengweiler (-70kg) a dû s'avouer vaincue au premier tour.


Intro image
FSJ / SO

Élections au Conseil Exécutif de Swiss Olympic 2021-24

Lors de la 24e réunion du Parlement des Sports le 20 novembre 2020, Sergei Aschwanden est élu au Conseil Exécutif de Swiss Olympic 2021-24


Intro image
CE

CE : 7e rang pour Fabienne Kocher

La judoka Fabienne Kocher a remporté la septième place (52 kg) aux Championnats d'Europe à Prague (CZE). Evelyne Tschopp a dû s'avouer vaincue tôt.


Intro image
CE

LIVE : Championnats d’Europe 2020

Du 19 au 21 novembre, les championnats d’Europe auront lieu à Prague (CZE). Six athlètes suisses partiront à la chasse des médailles.


Intro image
CSI 2021

Appel d'offres – Judo CSI 2021

La FSJ cherche un organisateur pour les CSI 2021


Intro image
Universiade

Informations pour les universiades 2021

Les prochaines universiades d’été 2021 auront lieu à Chengdu (CHN). Quelles sont les conditions de participation ?


Intro image
Covid-19

Concept de protection adapté pour les entraînements

La FSJ présente aux clubs et aux écoles un modèle du concept de protection adapté


Intro image
U23 CE

Lukas Wittwer est vice-champion d'Europe U23

Le judoka Lukas Wittwer remporte la médaille d'argent dans la catégorie -81kg au Championnat d'Europe des moins de 23 ans à Porec (CRO). Gioia Vetterli s'est hissée à la cinquième place -70kg.