Anniversaire, - Rosmarie Manser / Benar Baltisberger

Anniversaire : Quarante ans depuis le premier championnat du monde féminin

image

La Fédération internationale de judo (FIJ) commémore un événement spécial qui s'est déroulé il y a 40 ans : Le premier championnat du monde de judo féminin s'est tenu au Madison Square Garden de New York du 12 au 14 décembre 1980. Les athlètes féminines suisses étaient également présentes et racontent leurs expériences.

image

Il y a 40 ans, le premier championnat du monde féminin a eu lieu. À l'occasion de cet anniversaire, le développement réussi et l'égalité au judo sont célébrés dans un cadre digne. Cet anniversaire aurait dû être célébré par un grand événement, mais malheureusement, à cause de Corona, il est resté une cérémonie virtuelle, qui a lieu le week-end du 27 au 29 novembre.


L'idée centrale.

Il s'agit de rappeler qu'il n'était pas facile pour les femmes de l'époque de participer à des compétitions. Des championnats européens étaient déjà organisés en Europe, mais pas dans d'autres parties du monde. En 1978, les dirigeants des nations actives à l'époque ont fondé à Londres le "Comité multinational pour l'admission des femmes aux Jeux olympiques". Rosmarie Manser Lettow a représenté les femmes suisses dans ce comité, qui a travaillé pour que les championnats continentaux et l'admission ultérieure aux Jeux olympiques puissent être mis en place.


La situation initiale.

"C'était un autre monde de judo à l'époque", dit Rosmarie. Les femmes japonaises qui dominent aujourd'hui étaient encore loin d'être de classe mondiale. Ce n'est qu'en 1978 que les premiers championnats japonais pour les femmes ont eu lieu avec seulement 37 athlètes. "L'uchi-mata était une technique interdite dans les compétitions féminines au Japon", se souvient Rosmarie. Et ce n'est que deux ans plus tard et un mois avant les championnats du monde que les premiers championnats asiatiques avec participation féminine ont eu lieu.
En Suisse aussi, les débuts ont été difficiles. "Les compétitions féminines n'ont pas été bien acceptées", poursuit Rosmarie. "Et il était tout aussi impopulaire de défendre l'égalité des droits." Mais malgré toutes les résistances, les Suissesses ont toujours obtenu de brillants résultats. Après tout, elles avaient aussi de bonnes chances de réussir au premier Mondial en 1980.
 

Le championnat du monde.

Trois athlètes étaient à New York : Thérèse Nguyen (-56kg), Ruth Steiner (-61kg) et Judith Salzmann (-72kg). Elles étaient accompagnées par l'entraîneur national de l'époque, Hiroshi Katanishi, et l'entraîneur en chef, Rosmarie Manser Lettow.
Le silence absolu ! Parce que le coaching n'était pas autorisé à l'époque, même pas depuis les tribunes. "J'étais très nerveuse", se souvient Thérèse comme si c'était hier. "Ce championnat du monde a été le point culminant de ma carrière de judo jusqu'à présent. Mais il me manquait une technique mentale pour me débarrasser de cette nervosité - "coach mental" était un mot étranger à l'époque". Mais le premier Mondial de Thérèse a confirmé ses résultats constants et excellents au fil des ans. Elle s'est battue avec confiance, a remporté les premiers tours et a ensuite perdu contre la future championne du monde. Au combat pour le bronze, elle a été incroyablement malchanceuse : une attaque de tomoe-nage est considérée comme Ippon par son adversaire ! La déception de Thérèse et de nous tous a été énorme. Malgré tout, une respectable cinquième place reste dans les mémoires.
Ruth Steiner a eu l'honneur d'ouvrir le 1er championnat du monde féminin avec son premier combat. Mais cela n'a pas contribué à un bon résultat : Malheureusement, elle a été éliminée lors de ce premier combat. Judith Salzmann n'était pas mieux lotie. Elle a également dû quitter la compétition après le deuxième combat.


Les femmes japonaises étaient inférieures.

Les compétitions des femmes asiatiques ont été suivies avec beaucoup d'intérêt. L'attention s'est surtout portée sur les femmes japonaises, car leur niveau était absolument inconnu. "Dans l'ensemble, de bonnes approches techniques ont été observées, mais il était clairement évident qu'ils avaient peu d'expérience en matière de compétition", a déclaré Rosmarie avec le recul. Ce n'est que dans la catégorie de poids -52 kg que la Japonaise Yamaguchi a réussi à se hisser en finale, où elle a été battue par la championne d'Europe Edith Horvath (AUT).
Pour Rosmarie, c'était globalement une bonne confirmation : "Lors de ces premiers championnats du monde, nous nous sommes vus confirmées que le bastion de la classe mondiale pour les femmes était toujours dans notre entourage très proche. Les huit titres de championne du monde sont allés à des femmes d'Europe occidentale et centrale et, dans chaque catégorie de poids, trois des quatre médaillés étaient d'Europe centrale. Et c'est précisément dans cet environnement de compétition au plus haut niveau du monde que nos femmes ont remporté des succès et des médailles à maintes reprises !


Les impressions de Hiroshi.

"Il s'est révélé que le judo féminin était bien développé en Europe, et ce premier championnat du monde en 1980 a confirmé le niveau. Mais ce fut aussi l'occasion pour les femmes japonaises de se rendre compte du retard qu'elles avaient pris", analyse rétrospectivement Hiroshi Katanishi. "Ce moment de vérité a confirmé non seulement aux combattantes, mais aussi aux entraîneurs et aux responsables des fédérations, que le judo est prédestiné aux femmes comme aux hommes. Cette prise de conscience a eu une grande influence sur le développement du judo féminin dans le monde entier. Grâce à ce championnat du monde et à ses effets positifs, les femmes ont pratiquement rattrapé le niveau de compétition des hommes jusqu'à ce jour".
En conclusion, Rosmarie est très reconnaissante du soutien de Hiroshi : "Pour le développement et la reconnaissance au sein de la FSJ, l'engagement de Hiroshi Katanishi envers nous a beaucoup contribué. Et : "Pendant toutes ces années, je n'ai pas eu peur de me faire remarquer parce que j'étais convaincue que je faisais ce qu'il fallait pour les femmes du judo."

Et nous vous remercions pour ces efforts pionniers de la part de la FSJ !


 

Dernières nouvelles

Doha : sortie rapide pour Nils Stump

Le Judoka Nils Stump (-73 kg) a été battu au premier tour des Masters de Doha.

COVID-19 Ordonnance du Conseil Fédéral du 13 janvier 2021

Compte tenu de la situation épidémiologique tendue, le Conseil Fédéral a décidé, lors de sa séance ...


 

Instagram #swissjudo

 

Autres nouvelles

Intro image
Doha Masters

Doha : Grossklaus perd dans le Goldenscore

Lors des Masters de Doha (QAT), Ciril Grossklaus (-90kg) n'a pas réussi à passer le premier tour.


Intro image
Doha Masters

Doha : sortie rapide pour Nils Stump

Le Judoka Nils Stump (-73 kg) a été battu au premier tour des Masters de Doha.


Intro image
Covid-19

COVID-19 Ordonnance du Conseil Fédéral du 13 janvier 2021

Compte tenu de la situation épidémiologique tendue, le Conseil Fédéral a décidé, lors de sa séance du 13 janvier 2021, de prendre des mesures supplémentaires pour lutter contre la propagation du corona virus.


Intro image
Interview

Ciril Grossklaus : "Ce sont les derniers mois de ma carrière active"

Ciril Grossklaus se prépare pour sa dernière saison. Pas à pas, le judoka suisse veut atteindre son objectif des Jeux olympiques de Tokyo.


Intro image
Vétérans

Revue de l’année des vétérans.

Les combattant*es des catégories d’âge 30+ ont vécu une année difficile mais pourtant riches de quelques moments forts.


Intro image
Dohas Masters

Masters 2021 : Des victoires et une blessure pour Evelyne Tschopp

Evelyne Tschopp a obtenu la 7e place au Masters de Doha (QAT), mais elle n'a pas pu disputer le tour de repêchage en raison d'une blessure.


Intro image
Interview

Nils Stump : "Je veux montrer ma meilleure performance".

L'athlète de haut niveau Nils Stump parle dans une interview du premier grand événement et des objectifs de la saison 2021.


Intro image
Livestream

LIVE: Masters Doha (QAT) 2021

Livestream Masters Doha (QAT).