CE Kazan 2016, - Benar Baltisberger

Réactions des athlètes suisses après les championnats d'Europe

image

Lisez ce que les judokas suisses ont dit après leurs combats...

image
Image: Emilie Amaron -57kg | Archive FSJ / P. Lozano

Ciril Grossklaus, -90kg: « Une défaite ne sert que si on en apprend quelque chose »
« Certaines compétitions sont plus difficiles que d’autres. Sur ce championnat, rien n’aura été gratuit. Cela a commencé fort sur le Hongrois qui marque yuko en contre de uchi-mata, et il a fallu que je pousse fort pour inverser la tendance. Je marque sur ce sumi-gaeshi que je ne fais jamais, mais j’ai exploité l’opportunité qu’il a laissée, sous la pression, il s’est baissé et j’en ai profité. C’était bien sur l’état d’esprit et je suis sorti de ce premier tour assez positif sur ma capacité à aller chercher le score. Après, sur Nhabali, l’arbitre annonce ippon pour moi contre ce combattant que j’avais battu à la Havane en 2015 en défendant un shido durant quasiment tout le combat, à une période où j’étais en pleine forme. C’est ramené à yuko et j’étais déconcentré, il m’a marqué et j’ai perdu le fil, la ligne de conduite. C’est dommage, mais c’est un combattant de très bon niveau. Maintenant ? Je dois m’aligner sur les tournois qui restent sans pression, avec l’idée que je peux battre ce genre d’adversaire. Une défaite ne sert que si on en apprend quelque chose, je vais me servir de ça pour avancer. »

Juliane Robra, -70kg: « Pas une fin »
« C’était mes derniers championnats d’Europe, j’avais l’envie d’y faire quelque chose. Je venais avec des sensations et l’envie de combattre. Malheureusement, avec un sumi-gaeshi dès la première prise de garde de la Grecque, c’est allé très très vite. Les championnats d’Europe, c’est sans doute la compétition la plus relevée, le niveau est très dense et il faut, pour réussir, que tous les facteurs soient là au bon moment. C’est décevant, je n’ai pas été aussi efficace que je l’aurais voulu dans la dernière ligne droite, mais j’ai donné le meilleur de moi. Les Jeux ? Il ne faut jamais abandonner, le cycle n’est pas tout à fait terminé, mais il faut être réaliste. De toute façon, il n’y aura pas de réelle rupture pour moi, j’ai envie de continuer à progresser, le judo fait partie de ma vie, tout ce que j’ai appris est précieux, toutes les expériences vécues aussi. Même quand il n’y aura plus de compétition de haut niveau, il y aura toujours du judo et des choses à réaliser. Bref, si c’était mon dernier championnat d’Europe, ce qui s’annonce n’est pas une fin mais une suite.»

Evelyne Tschopp, 5e en -52kg: « Serré mais encore possible »
« Sur le premier combat contre la Roumaine Florian, les arbitres donnent ippon contre moi avant de ramener à waza-ari. Je reviens dans le combat, je connaissais son judo : plus grande que moi et gauchère, ce qui plutôt bien pour mon o-uchi-gari. Jusqu’à la fin, j'ai senti que c'était possible de la faire tomber, donc je n’ai pas renoncé et la différence se fait dans les dernières secondes. Au 2e tour contre l’Italienne Giuffrida que je connais bien, qui me pose vraiment des problèmes avec son kumikata, je suis restée concentrée, mettant ma hanche en opposition pour ne pas qu’elle puisse placer son seoi-nage. Mon coach m'avait dit avant le combat d'essayer o-soto-gari… Ça se termine plutôt en makikomi mais, dans ce combat, je me suis étonnée moi-même, car je ne pensais pas vraiment être capable de la projeter. Contre la Française Euranie au tour suivant, je sais que je suis mieux sur l’endurance. Alors, je suis vigilante pour ne surtout pas tomber dans la première minute, mais je ne suis pas parvenue à mettre plus de pression sur elle. Clairement, je dois mieux travailler en kumikata, détruire sa position. C’était une déception de perdre de combat, mais il fallait rester mobilisée pour rester en course pour Rio. Après je prends Schwartz. Je sais qu’il faut faire attention à son uchi-mata, elle est forte avec son bras droit, mais, comme Florian, elle a fait des fautes de déplacements qui m’ont donné des opportunités sur o-uchi. Je menais et je me suis dit « Allez Evelyne, tu as passé Giuffrida, tu es dedans, continue !». Malheureusement, dans le match pour le bronze face à Chitu, je n’ai pas bien combattu. Je commence mal, je me laisse trop diriger. Je dois être plus agressive, avoir plus d'impact sur elle. Il y a des possibilités de la projeter sur uchi-mata, mais j'ai fait trop des fautes au niveau des appuis. Je repars donc sans médaille… Pour la qualification olympique, cela va être serré mais c’est encore possible. Cela aurait été différent avec le bronze autour du cou, mais il reste deux compétitions, donc deux chances de marquer des points. J'ai montré cette saison que j’étais capable de le faire. C’est l’objectif pour moi : faire ma deuxième médaille en Grand Chelem à Bakou.»

Emilie Amaron -57kg:  « Receveaux avait plus d’impact »
« En arrivant ici en Russie, je me disais que je n’avais rien à perdre, j’étais vraiment sans pression. Même en montant sur le tapis, j’étais calme, sereine. Je savais que cette Espagnole au 1er tour, Equisoain, qui me pose pas mal de problèmes mais que j’avais battue en championnat en Suisse la dernière fois, allait tout faire pour bastonner mais sans attaquer. Alors j’ai évité de faire l’erreur que j’ai commise parfois ces derniers mois : chercher à produire du judo. Parfois, malheureusement, ce n’est pas possible. Ça se joue donc aux pénalités, et je suis sortie vraiment marquée par ce combat. Je savais que j’avais la Française Receveaux au tour suivant. Physiquement, elle met beaucoup d’impact, ce qui me manque peut-être encore un peu face à ce genre de combattantes. En plus, elle était dans une forme ascendante en arrivant ici… même si la suite de sa journée n’a pas été bonne, ce qui m’a fait rager un peu sur notre résultat. Mon grand objectif, c’était évidemment les JO. Là, on peut dire que c’est quasiment fini, je le savais après le dernier Grand Chelem de Paris. Cela a été dur à accepter. Si je suis envoyée sur d’autres tournois, ce sera sur le plaisir, je vais décompresser aussi pour retrouver de l’envie. Je n’aurai que 26 ans dans un mois et le travail accompli ces derniers temps doit me servir pour la suite. »

Ludovic Chammartin « À moi d’être au rendez-vous »
« Je suis évidemment très déçu car je prends contre ce Bulgare Gerchev que je connais bien et je me laisse embarquer dans combat tactique. Je sais que ce n’est pas mon point fort, je me retrouve mené deux pénalités à une, lui commence à gérer et lance des attaques non préparées avant que je ne puisse lancer les miennes. Une défaite au premier tour, c’est lourd, il n’y a pas grand-chose à dire de plus. Je me sentais bien sur ces championnats d’Europe, je me sentais encore en forme. Maintenant ? On va voir la suite et j’espère que cela va mieux se passer à Almaty et Bakou, mes deux prochains tournois. Sauf erreur, je suis 19e de la ranking liste olympique si on enlève les doublons de pays, donc parmi les qualifiés, mais ce week-end, c’est clair, j’avais l’opportunité de faire une bonne performance. Il reste deux compétitions et c’est là qu’il faudra être bon. Le chemin pour Rio continue. À moi d’être au rendez-vous.»

  • Interview Olivier Remy, L'Esprit du Judo

 

Dernières nouvelles

Sélection pour les Championnats du Monde 2019

La commission de sélection de la FSJ a annoncé sa décision de sélection pour les prochains ...

De l’argent au Grand Prix pour Fabienne Kocher

La judoka Fabienne Kocher a décroché la deuxième place dans la catégorie -52kg au Grand Prix à ...


 

#swissjudo

 

Autres nouvelles

Intro image
Da

Ju-jitsu : Dan honorifique pour Santschi, Zürcher et Burch

À l’occasion du Swiss Ju-Jitsu Day 2019, un dan honorifique a été décerné à trois ju-jitsukas.


Intro image
CM 2019

Sélection pour les Championnats du Monde 2019

La commission de sélection de la FSJ a annoncé sa décision de sélection pour les prochains Championnats du Monde qui se dérouleront à Tokyo.


Intro image
Universiade

Universiade : rétrospective avec Olivier Schaffter

Les deux judokas Manon Monnard et Gioia Vetterli ont été en lice à l’Universiade 2019. Le coach Olivier Schaffter fait un résumé de la compétition.


Intro image
FSJ Clubs

Demande d'admission : Budo Schools Ahita

Le club suivant propose la demande d'admission à la FSJ :


Intro image
GP Budapest

De l’argent au Grand Prix pour Fabienne Kocher

La judoka Fabienne Kocher a décroché la deuxième place dans la catégorie -52kg au Grand Prix à Budapest (HUN).


Intro image
Sport de performance

Cadre national suisse : après Alicante, ils sont prêts pour Budapest

L’équipe nationale suisse s’est entraînée pendant une semaine au camp d’entraînement international à Alicante (ESP). Prochainement sur le programme : le Grand Prix à Budapest (HUN).


Intro image
FSJ clubs

Demande d'admission : Judo Club Estavayer

Le club suivant propose la demande d'admission à la FSJ :


Intro image
Chef Sport de performance

Le chef du sport de performance communique (juillet 2019)

Le chef du sport de performance informe sur la sélection pour les EYOF à Bakou (AZE) et sur l'organisation et la structure du département.