CM, - Benar Baltisberger

Preview du championnat du monde avec Fabienne Kocher

image

Fabienne Kocher parle dans une interview du prochain championnat du monde, de ses espoirs olympiques et du premier appel après la compétition.

image

Ses récents succès sont impressionnants : L'année dernière, la judoka Fabienne Kocher a remporté l'argent du Grand Slam à Budapest et s'est hissée à la 7e place des Championnats d'Europe la même année, tandis que cette année a vu une médaille de bronze du GS à Tashkent et une autre 7e place aux Championnats continentaux. La jeune femme de 27 ans a pu montrer qu'elle se maintient au niveau des meilleures du monde et est désormais classée 21e dans la catégorie des -52kg. En termes purement mathématiques, c'est une bonne position de départ pour se qualifier pour les Jeux olympiques – mais Evelyne Tschopp est également en compétition dans la même catégorie. Les Championnats du monde se présentent comme une ultime épreuve de force dans le marquage des points.


Fabienne, il y a 7 ans, tu étais déjà septième aux Championnats du monde de Chelyabinsk. À l'époque, tu participais à la compétition dans la catégorie des -57 kg, maintenant tu participes à celle des -52 kg. Qu'est-ce qui a changé depuis cette époque ?

« Il est évident que j'ai perdu 5 kg au cours de ces années (sourire). Eh bien, il y a certainement eu le changement de catégorie, mais j'ai également changé et progressé dans de nombreux autres domaines. Il y a 7 ans, la septième place était une grande surprise pour moi, aujourd'hui c'est une attente ! Techniquement, en force et aussi tactiquement, je me suis beaucoup développé et je suis impatient de voir ce qui est possible en 2021. »


Que faudra-t-il faire en 2021 pour dépasser ce résultat ?

« Une tête forte, beaucoup de cœur et d'âme et une volonté de fer pour gagner. »


Les championnats du monde sont la dernière épreuve de qualification pour les Jeux olympiques. La course est toujours ouverte. Qu'est-ce qui vous passe par la tête ?

« Je sais que beaucoup de choses dépendent de ce tournoi pour moi ! Il pourrait s'agir de la dernière compétition avant un long moment ou je pourrais réaliser mon rêve d'enfant tant attendu. Mais j'essaie de ne pas me mettre trop de pression. Je veux le voir comme un défi pour faire mon meilleur judo et le prendre combat par combat. Si je peux rentrer chez moi à la fin de la journée en ayant le sentiment d'avoir tout donné, je serai heureux. Soit c'était suffisant à ce moment-là, soit je n'étais pas prête. »


Que doit-il se passer pour que tu sois prête à 100% dès le premier combat ?

« Pour être prête à 100%, un bon échauffement est la chose la plus importante. Mon corps doit être prêt à démarrer le combat avec un rythme élevé dès le début. Les dernières minutes avant le début du combat sont également importantes pour moi. C'est à ce moment-là que j'ai besoin d'une concentration totale, je dois me concentrer sur le combat et intérioriser à nouveau la stratégie discutée dans ma tête. »


En supposant que tu gagnes une médaille, qui est la première personne que tu appelles après la compétition ?

« Mon copain ! Il a été un grand soutien pour moi ces dernières années et m'a accompagné dans mes plus beaux, mais aussi mes plus émouvants et mes plus tristes moments et m'a toujours soutenu. »