CM 2021, - Benar Baltisberger

Ciril Grossklaus et la face impitoyable du sport de performance

image

Lors des CM de judo 2021 à Budapest, Ciril Grossklaus (-90kg) avait un pied dans les quarts de finale tant espérés - mais les choses ne se sont pas passées comme prévu

image

«Combatif - heureux - amer» - Ciril Grossklaus décrit avec ces mots sa dernière apparition à un Championnat du monde de judo sur les réseaux sociaux. Une véritable montagne russe d'émotions, des turbulences, des hauts et des bas... On peut dire que le déroulé de ce CM reflète les événements de l'olympiade de Ciril depuis 2016. Son parcours est constitué d'efforts, de victoires contre de grands favoris, mais aussi de défaites douloureuses - et, au bout du compte, l'implacabilité du monde sportif. Mais seuls celles et ceux qui peuvent faire face à un tel destin avec courage ont la force de s'engager sur ce chemin fort en émotions et semé d'embûches.

Le Suisse a combattu farouchement pour obtenir la victoire au premier tour. Dzhakhongir Madzhidov (TJK) était l'outsider en tant que jeune athlète de la relève âgé de 21 ans et il s'est montré audacieux et offensif, son Waza-Ari était justifié. Ciril a une nouvelle fois sorti la tête hors de l'eau : il contre et s'ensuit alors une transition impitoyable vers une immobilisation victorieuse. Un duel qui, si l’on fait le lien avec les Jeux olympiques, représente le cœur de combattant du Suisse et sa foi en lui-même. Ne pas renoncer à soi-même, même quand on est dos au mur, tel est le message ici.

Le deuxième combat était heureux d'une certaine manière. Le numéro 7 au classement mondial, Beka Gviniashvili (GEO), a été accueilli dans le tournoi comme l'un des favoris. Mais le Géorgien a pris trop de risques pour une fois ! Lors de sa tentative de «Khabarelli», sa jambe s'est enroulée trop loin autour de celle du Suisse, ce qui a été sanctionné par l'arbitre par une disqualification. Un combattant de haut niveau a ainsi été vaincu. Ce deuxième tour était révélateur du fait que Ciril avait déjà rencontré de grands favoris au début des compétitions précédentes. Et ce n'était pas la première fois que le Suisse l'emportait. Lors des CE 2019 à Minsk (BLR), Ciril a battu le numéro 1 mondial Nikoloz Sherazadishvili (ESP), le futur champion du monde 2021. Cependant, dans de nombreux cas, les obstacles difficiles à franchir ont exigé un prix trop élevé et des points importants n'ont pu être ajoutés au compteur suisse que trop rarement.

Amer. Un mot simple qui qualifie bien le troisième tour et l'ensemble de cette olympiade. Une victoire contre Rémi Feuillet (MRI), une place en quart de finale et une qualification olympique auraient été tout à fait réalisables. Un duel équilibré qui s'est terminé après 30 secondes de golden score en faveur du Mauricien. Malgré beaucoup de travail et d'efforts, ce n'était finalement pas suffisant - pas pour les quarts de finale et probablement pas pour un quota continental.

Le sport de performance a montré son côté impitoyable. Mais cela nous a aussi beaucoup appris : même quand les choses ne se passaient pas comme souhaité - Ciril croyait en lui. Même lorsqu'il devait regarder les favoris dans les yeux - Ciril tenait le regard, déterminé. Et même si le rêve des deuxièmes Jeux olympiques ne s'est finalement pas réalisé - Ciril n'aura jamais à regretter ses choix. Le parcours unique des champion*ne*s. Ce que l'on expérimente sur ce chemin, ce que l'on retient et ce que l’on apprend pour pour la vie est et reste : unique.

→ Rétrospective & résultats