JO, - Benar Baltisberger

Coach Budolin : «Maintenant ils savent que tout est possible.»

image

Les Jeux olympiques de Tokyo figurent déjà dans les livres d'histoire pour les judoka*te*s suisses. L'entraîneur national Aleksei Budolin tire un bilan positif, mais parle aussi d'objectifs plus élevés.

image
Un engagement ambitieux en faveur des objectifs des judoka*te*s suisses : Aleksei Budolin | FSJ/ Paco Lozano.

Il planifie et organise, analyse et pousse les judoka*te*s à réaliser des performances de haut niveau - l'entraîneur ! Infatigable et ambitieux, l'entraîneur joue un rôle majeur dans la réussite des athlètes. Et il ne serait pas faux de dire que cette vocation n'est souvent pas moins ardue que d'être soi-même un athlète.

Aleksei Budolin est l'homme au bord du tatami pour Nils Stump et Fabienne Kocher. L'ancien athlète estonien de haut niveau a connu de nombreux succès, dont le bronze olympique à Sydney, deux médailles aux CM et cinq aux CE. Lorsqu'il s'agit de gloire, il aime rester en retrait et, en tant qu'entraîneur, il déclare modestement que les succès appartiennent aux seuls athlètes.

Néanmoins, sans un entraîneur ambitieux, beaucoup de choses n'auraient pas été possibles. Son compte rendu des Jeux revêt donc une importance particulière et raconte l'histoire sous un angle différent...
 

Comment as-tu vécu ces Jeux olympiques ?

«Dans leur ensemble, ces Jeux ont été très positifs. Nous avons eu une bonne préparation, le camp de préparation à Tsukuba s'est également bien passé et tout le monde dans notre équipe était en bonne santé et motivé.»
 

Comment nos athlètes se sont-ils débrouillés lors de leur première ?

«Fabienne s'est très bien vendue, elle a montré la grande qualité de son Judo et sa combativité. C'est surtout lors des trois premiers combats qu'elle a pu montrer son potentiel. Après la pause, dans le bloc final, quelques erreurs se sont produites - c'est un peu dommage, car il n'aurait pas manqué grand-chose pour une médaille. Pareil pour Nils, il a tout donné et s'est battu jusqu'à la dernière seconde. Si l'on regarde la situation dans son ensemble et que l'on tient compte de la phase de qualification prolongée, je continue à penser que l'effort était juste.»
 

Les objectifs de l'équipe ont-ils été atteints ?

«Nous avons atteint les objectifs fixés par Swiss Olympic - mais nos propres objectifs sont encore en cours de réalisation.»
 

Quelles leçons pouvons-nous en tirer pour l'avenir ?

«Ces jeux ont été une bonne première expérience pour nos judoka*te*s. Au final, il y a eu des émotions positives mais aussi des émotions négatives, ça fait partie du jeu. Maintenant, ils savent que tout est possible.»
 

Comment se présente l'avenir proche pour l'équipe nationale ?

«Fabienne et Nils se reposent désormais durant un mois complet, sans séances d'entraînement. Il y aura ensuite une période de transition de deux mois, durant laquelle il y aura à nouveau quelques séances d'entraînement, mais pas encore de compétitions ou de camps. Après cela, nous travaillerons à nouveau sur la base pour préparer le prochain cycle olympique.»